Les Passagers De La Nuit de Michaël Hers

Paris, années 80. Elisabeth vient d’être quittée par son mari et doit assurer le quotidien de ses deux adolescents, Mathias et Judith. Elle trouve un emploi dans une émission de radio de nuit, où elle fait la connaissance de Talulah, jeune fille désœuvrée qu’elle prend sous son aile.

Talulah découvre la chaleur d’un foyer et Mathias la possibilité d’un premier amour, tandis qu’Elisabeth invente son chemin, pour la première fois peut-être. Tous s’aiment, se débattent… leur vie recommencée !

Entretien avec le réalisateur Michaël Hers :

Le cœur de ce projet était avant tout l’inscription de l’histoire du film dans ces années-là. Les années 80 sont les années de mon enfance. On dit que l’on est de son enfance comme on est d’un pays et j’avais envie de me replonger dans cette période devenue vie, de revisiter ses tessitures, ses sonorités, ses images je suis fait de ces sensations, ces couleurs. Je les porte en moi. Faire ce film me permettait de reparcourir ces années à l’age que j’aurais aimé avoir à l’epoque.

J’avais aussi le désir d’explorer une temporalité un peu différent. D’habitude, mes films sont très circonscrits dans le temps. Dans Les Passagers De La Nuit, j’avais envie d’une narrantion qui révèle davantage de La saga. La tonalité reste celle de la chronique mais le récit se déploie sur sept ans. 

Les Passagers De La Nuit surprend par sa volonté farouche à plonger le spectateur dans l’ambiance éclectique des années 80, entre le décor, le choix de la musique, les images d’archives… Mikhaël Hers, il fait un sans faute dans son souhait d’immersion.

L’histoire de ses trois femmes que la vie n’a pas épargnée, se découvrent  dans les allées bétonnées du 15 arrondissement de la capitale. Les grandes tours de beaugrenelle servent de témoins et les accompagnent dans une quête d’amour et de sens. 

Le film se veut également profondément bouleversant, avec une identité visuelle très remarquable. les building du front de seine n’ont jamais été aussi poétiquement filmé. Un bijou de mise en scène, un long-métrage très réussi à de nombreux egards. Troublant par la présence permanente des doutes, peurs, et les incertitudes des protagonistes, le récit d’un long chemin de traverses, jusqu’au retour au vrai sens de la vie.

La fragilité de Charlotte Gainsbourg dans le rôle d’Elisabeth ne cesse de jouer avec les substances illusoires de Talulah ( Noée Abita)se reliant  de manière viscérale à la sensualité mystérieuse de Vanda Dorval ( Emmanuelle Béart). 

La caméra plonge dans l’obscurité glaciale des nuits blanches d’Elisabeth, et capte ainsi sa détresse, sous nos yeux se déroule avec un rythme faussement rapide, nous permet d’entrer en profondeur dans différents instants de vies de nos héroïnes oubliées de la vie.

Informations Pratiques :

Titre : Les Passagers De La Nuit 

De : Mikhaël Hers 

Avec : Charlotte Gainsbourg, Emmanuelle Béart, Noée Abita 

Genre : Drame 

Distributeur : Pyramide Films 

Date de sortie au cinéma : 4 mai 2022 

Durée : 1h51

Mitra ETEMAD

Auteur : trendyslemag

Blogueuse Mode et Beauté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.